Je me sens célibataire !

Oui je suis mariée, je m’en rappelle ! Sauf que je me sens dans le même état que lorsque j’étais célibataire, mais pour un autre sujet !

Je me rappelle des sites de rencontres. De l’espoir, des déceptions. Chaque jour je me connectais à mon site de rencontres et souhaitais qu’il y ait de nouveaux candidats ; intéressants ! Chaque jour je me connectais à mon site de rencontres et je souhaitais avoir reçu de nouveaux messages ; intéressants !

Et quand ça arrivait, renaissait l’espoir. L’espoir que cette fois, ce serait le bon. Suivait un échange écrit qui faisait grandir l’espoir. Suivi d’un verre, et, suivi de la déception. Déception que finalement je ne sois pas intéressée. Ou qu’au contraire la fois que j’étais intéressée, le candidat ne l’était pas.

Je l’ai vécu à mainte, mainte et mainte reprises. À travers ce processus, et surtout le temps qui passait, mon entourage me disait (ou le disait dans leur tête) que j’étais trop sélective. Que je ne laissait pas la chance au coureur. Mais le temps m’a donné raison. J’ai trouvé le bon candidat, sans faire de compromis sur ce que je voulais.

Il y a 7 mois (déjà), je fermais pour une dernière fois la porte de mon bureau au travail. Travail qui me rendait malheureuse. J’ai donc entrepris un changement de carrière. Ou plutôt une modification de cette carrière !

Chaque jour je vais sur les sites d’emplois. Rempli d’espoir que mon emploi de rêve y soit affiché. C’est souvent suivi de la déception et l’espoir que demain apportera mieux. Et quand c’est le cas, j’envoie mon CV, suivi de l’espoir d’une sonnerie de téléphone.

Après quelques jours où je me dis que mon téléphone doit faire défaut (coudons !!), la déception de ne pas avoir réussi à attirer l’attention comme candidate. Mais quand cette sonnerie se fait entendre, l’espoir renaît d’une future rencontre.

Puis quand le sentiment que les étoiles étaient bien alignées lors de cette rencontre, la pire émotion d’espoir et d’attente se fait sentir. Des jours interminables à espérer, souhaiter, prier …

Dernièrement je suis allée de malchance en malchance. J’avais été là candidate sélectionnée, mais une ex est revenue dans le décor ! Ensuite j’ai encore été la bonne candidate, mais le prétendant m’avait fait miroiter de belles choses, qui se sont avérées bien décevantes une fois rendue dans l’action !

Bref, je ne regrette aucunement d’avoir tourné le dos à mon ancien emploi. C’était la bonne décision. Mais dans mes plans je n’avais pas prévu que ce serait si long avant de trouver mon emploi de rêve ! Et je revis la même chose que lorsque j’étais célibataire. On commence à me trouver trop sélective, intransigeante sur mes critères.

Peut-être … Mais je n’ai certainement pas fait tout ce processus pour finalement me retrouver avec un prétendant décevant ! J’ai confiance que je vais trouver. Sauf que je trouve ça long. Et contrairement à la recherche de l’âme sœur qui même si elle prend 10 ans on peut bien y survivre (quoique très poche !!), bien 10 ans sans emploi, ça pourrait être un peu plus complexe ! Alors si jamais je vous sers votre café dans un Tim Hortons, soyez généreux sur le pourboire !!

Publicités
Published in: on 30 septembre, 2019 at 6:29  Laisser un commentaire  

Souvenirs

Plusieurs personnes peuvent en témoigner, j’ai une excellente mémoire sur les détails et pour me rappeler de conversations passées. Par contre bizarrement, j’ai peu de souvenirs de ma vie !! J’ai de petits flashs par ci et là, mais dans les faits je me rappelle peu, exemple de mon adolescence ou même d’il y a 10 ans !

Cette semaine j’ai retrouvée une boîte que je conserve depuis plus de 30 ans ! Cette boîte contient un paquet de lettres et de cartes. Des cartes d’anniversaire, de Noël, de St-Valentin. Mais elle contient également des lettres que j’échangeaient avec des amies alors que j’étais adolescente ainsi que des lettres d’amour de cette même époque. Comme c’est drôle de relire ça !!! D’ailleurs c’est un peu triste de penser que les générations d’aujourd’hui et futures n’auront probablement jamais la chance de relire comme moi leurs écrits …

Je m’attendais à tomber sur les lettres de mes amies ainsi que toutes les cartes de souhaits puisque je me rappelais qu’elles étaient rangées là. Ce que je ne me souvenais pas par contre, c’est des lettres de ma sœur et de ma mère.

Le retour vers le passé a été brutal. Une lettre que ma sœur et moi avions écrite à ma mère (qui j’en déduis ne lui a jamais été remise puisque je l’ai ?). Une lettre dure. Une lettre où on lui disait qu’elle s’éteignait à petit feu, par la présence d’un conjoint qui l’écrasait, la dénigrait … Mon père … Elle avait 47 ans. Quand j’ai écrit cette lettre avec ma sœur, j’en avais 17 et donc pour moi ma mère était vieille. Mais là, du haut de mes presque 44 ans, je réalise à quel point elle était somme toutes encore jeune et tout le drame de sa vie de misère qu’elle a eu. Je suis triste de m’en rendre compte que là. En fait je savais, mais sans me rappeler pourquoi. J’aurais aimé que ma mère connaisse le bonheur que j’ai la chance d’avoir.

D’ailleurs ce bonheur que je connais n’était semble-t-il pas gagné d’avance ! Car la deuxième lettre que j’ai lue provenait de ma sœur et avait été écrite en avril 1992. Sa lettre contenait 5 pages ! J’avais 16 ans, elle 21. En gros ce qu’elle me disait ? Que j’avais un caractère exécrable, que j’étais un monstre d’égoïsme et que si je ne changeais pas de voie, je ferais le vide autour de moi !!!

Ouffff … J’ai le souvenir d’une adolescence difficile, mais je m’en rappelle pas vraiment ! C’est plus un feeling qui remonte quand je repense à cette période plutôt que des souvenirs précis, à part quelques uns bien sûr. Mais là, je me rappelais pas que j’étais si désagréable en tant que personne ! Et juste question de confirmer que ce n’était pas ma sœur qui était peut-être un brin intolérante face à sa petite sœur, la troisième lettre que j’ai lue était une lettre de ma mère, toujours en 1992, quelques mois après, qui tenait environ les mêmes propos que ceux de ma sœur !

Je ne crois pas être une personne parfaite, mais je crois être loin de celle que j’étais, ou du moins celle qui était perçue à mes 16 ans.

Alors message aux parents qui vivent avec des adolescents, ayez espoir, ils sont sûrement récupérables !!!

Published in: on 24 avril, 2019 at 1:42  Laisser un commentaire  

Je suis en congé ?

Officiellement depuis lundi, je suis en congé. En congé pour une durée inconnue !

Après près d’une semaine, mon cerveau ne semble pas tout à fait assimiler cette nouveauté dans ma vie.

Le premier matin, j’avais mis mon réveil à 6h30. Je me suis trouvée un peu intense, il est maintenant à 7h00 ! Hier à la fin de la journée je me disais : « Oh jeudi demain, la semaine achève déjà ! ». Mon cerveau ne réalisant pas que, on s’en fout que la semaine achève déjà, j’ai congé l’autre d’après et l’autre aussi !!!

Mais en ce moment je ne le vis pas comme ça. J’ai l’impression que je suis en congé pour tout au plus deux semaines ! Ça m’a fait réaliser que depuis que je travaille, je n’ai jamais été en congé plus de 2 semaines consécutives.

Je n’ai jamais eu d’enfant alors bien entendu jamais eu de congé de maternité. Toujours eu la chance d’être en santé donc aucun arrêt de travail. Alors là c’est comme si je ne réalise pas, et bien que j’aie hâte de trouver LE bon emploi pour moi, j’espère quand même que mon congé s’étire un peu. Quelques semaines disons. Juste le temps de perdre ce feeling d’urgence a vouloir profiter de cette période de congé. Juste le temps que je me dise : « Ok, là je commence à trouver ça long ! ».

Juste le temps aussi de perdre ce sentiment de culpabilité à prendre ça relax. C’est fou comment on peut être mal fait ! À date il n’y a pas une journée où je n’ai entièrement rien fait. T’sais le genre de journée où tu restes en pyjama, tu t’écrases devant la télé, ta vaisselle sale de tes repas traînant sur le sofa, tu te lèves juste pour aller aux toilettes … Bref, faire l’ado !!!

C’est un peu stupide, mais probablement que si j’étais célibataire je le ferais plus facilement. Parce que personne ne saurait que j’ai foutuememt rien fait de ma journée ! Donc pas de honte à avoir gaspillé une journée de vie !!

Mais en même temps c’est correct d’avoir cette petite pression. Car malgré que je sois de nature positive la grande majorité du temps, je peux facilement tomber dans la déprime intense quand justement je n’ai plus cette petite pression.

Bref, je vais donc profiter de cette période de congé pour trouver l’équilibre entre trop organiser mes journées ou vraiment pas assez !

Published in: on 28 février, 2019 at 5:47  Laisser un commentaire  

Si on pouvait décider la fin

J’ai toujours été très sensible aux conditions des personnes âgées.  Toujours été consciente de l’abominable sort de ces personnes entassées dans des centres de soin longue durée.  Aucune personne ne devrait finir ses jours ainsi.

Actuellement une personne près de moi vit avec la maladie d’Alzheimer.  Sa condition se détériore rapidement.  Trop rapidement.  Je pense à la suite des choses qui sera inévitable.  Ça m’affecte beaucoup.

Je ne suis pas la meilleure pour exprimer mes émotions par la parole.  L’écrit m’est beaucoup plus facile.  Et comme je vis le tout difficilement, j’ai tenté de mettre en mots mes peurs.  Tenter de me libérer, un peu.

 

Cette chose qui efface mon passé …

Ce qui est simple est compliqué, et mes pensées sont bâillonnées.

Mes enfants sont policiers et mon amour est une corvée.

Des inconnus affairés, pour une dignité ignorée.

Une cuillère pour manger, d’une main trop occupée.

Un une pièce et demi chauffée, en guise de maisonnée.

Une longue allée, pour un semblant de randonnée.

Le soleil décoloré, comme le flot de mes pensées.

Des visages mélangés, pour des noms effacés.

Une présence pour souper, le temps qu’on peut supporter.

Des regards gênés, comme si j’étais cinglé.

Des photos d’êtres aimés, pour tromper la réalité.

Un miroir brouillé, pour ce visage étranger.

Ce visage ridé, seule preuve du passé.

Ces moments de lucidité, rappelant la fatalité.

Pour à nouveau me voir sourire, vous devrez me voir mourir …

L’expérience !

Dans quelques jours ça fera 5 ans que mon amoureux et moi sommes ensemble.  Bien qu’on soit marié depuis quelques mois et que nos futurs anniversaires de couple seront en fonction de cette nouvelle date, nous voulions tout de même souligner nos 5 ans.

Nous avions donc prévu un petit souper.  Mais là, j’ai eu une autre idée moi !!  Une surprise !!  Donc voici notre échange courriel …

*************************************************************************************

MOI :

Allo !

Est-ce que tu es libre le 9 février ?  Si oui, je modifierais notre souper du 8 pour quelque chose dans la journée du 9 ! 😀  Si tu veux bien sûr !

CHÉRI :

J’ai peur …..  Je veux une toilette qui flush avec de l’eau potable à l’intérieur d’un bâtiment chauffé et qui fait un bruit raisonnable quand je flush ainsi que du papier de toilette commercial blanc disponible à côté de moi.  Idéalement, je préfère être seul quand je vais à la toilette et je voudrais aussi avoir un plafond.  Si tu peux respecter ces conditions, oui je suis disponible le 9 février !

*************************************************************************************

Hahahahahahaha !!!  C’est bon, il commence à être plus précis dans ses critères !!!

Published in: on 25 janvier, 2019 at 10:10  Laisser un commentaire  

Protégé : Transition

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Published in: on 10 janvier, 2019 at 9:22  Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.  

5 choses

L’année qui vient de se terminer a été grande en émotions ! Un mari pour accompagner mon quotidien, une nouvelle maison pour y partager notre bonheur et un nouvel emploi pour me permettre de réaliser que ce n’était pas le bon ! L’emploi que je parle, pas du mari !!

La maman de mon amie A. qui est partie. La maman de mon amie C. qui est partie. Le papa de mon ami O. qui se bat actuellement pour traverser encore quelques moments de vie. Et mon beau-papa où les années, minutes, secondes, fuient sa mémoire …

La vie s’occupe de me rappeler qu’elle n’est pas là pour rester.

Alors je me suis rappelée d’un article que j’avais lu il y a plusieurs années.

Les 5 plus grands regrets que les personnes en fin de vie ont exprimés …

  1. Avoir trop vécu en fonction de ce qu’on attendait de soi et pas assez en fonction de ses aspirations.
  2. Avoir trop travaillé et ne pas avoir consacré davantage de temps à ses proches.
  3. Ne pas avoir eu le courage d’exprimer ce que l’on ressentait.
  4. Ne pas avoir gardé le contact avec ses amis.
  5. Ne pas avoir vécu davantage dans le moment présent.

Alors ce que je vous, et me souhaite en 2019 … Vivre en fonction de ne pas avoir ces 5 regrets quand la fin arrivera.

Published in: on 2 janvier, 2019 at 3:20  Laisser un commentaire  

5 ans et un brie … Français !

En 2011 je me séparais de l’homme qui avait partagé 17 de mes printemps.

Chaque veille de Noël de ces 17 années se passaient dans sa famille.

La première veille de Noël en tant que nouvelle célibataire, ma sœur et son amoureux m’avaient accueillies dans la famille de ce dernier. Je me sentais un peu comme une intruse, mais j’étais heureuse d’être avec eux et pleine de gratitude.

Ma deuxième veille de Noël, toujours en tant que célibataire, c’est la sœur de ma bonne amie J. qui m’avais gentiment accueillie chez elle ; I. Encore une fois je me sentais un peu comme une intruse, mais tellement reconnaissante d’avoir de si bonnes personnes autour de moi pour m’accueillir.

Ma troisième veille de Noël, toujours célibataire bâtard (!!), c’est mon oncle Y. qui m’avait invité quelques semaines avant afin que je passe la veille avec lui et ma tante L., deux personnes précieuses pour moi.

Mais malgré toutes les bonnes intentions de toutes ces personnes, chaque année je déprimais de plus en plus à l’arrivée de cette période qui se devait pourtant d’être si joyeuse !

Alors en 2013, quelques jours à peine avant cette veille de Noël, je décide que je ne veux pas vivre le temps des fêtes ! J’aurais voulu m’endormir le 23 décembre et me réveiller le 2 janvier. Pouf !! Tout est fini et on passe à autre chose.

Comme hiberner n’était pas encore (et ne l’est toujours pas plus !) accessible aux humains, j’ai alors trouvé l’idée de partir seule dans le sud pour toute la période des fêtes ! Le plan était parfait …

Le 21 décembre, j’écrivais donc à mon oncle Y. pour lui dire que j’étais vraiment reconnaissance de l’invitation, mais que j’avais besoin de me sauver … Il a compris, bien sûr … Et on s’est laissé sur la promesse de se voir à mon retour de voyage.

On n’a pas pu se voir à mon retour. Car à peine 2 jours après cette promesse, il nous quittait … Le 23 décembre …

Cette année 2013 restera gravé à tout jamais dans ma mémoire. Ce fut une année où j’aurais voulu ne plus exister. J’avais choisi de me sauver à Cuba durant les fêtes car je ne pouvais supporter l’idée de faire semblant d’avoir l’air heureuse alors qu’on trinque à Noël ! Et là Y. nous quitte, comme si la vie voulait me montrer qu’elle pouvait s’organiser pour me détruire encore plus si elle le souhaitait.

Ce Noël 2013, marqué par mes tortures intérieures de ce moment, et son départ, font en sorte que chaque année, a quelques semaines de ce temps de réjouissance, un sentiment de tristesse m’envahie et me suis au jour le jour.

5 ans déjà … 5 ans qu’il est parti. 5 ans presque avec mon amoureux, mon mari … 5 ans à guérir mes blessures. Mon Dieu que ma vie a changé dans ces 5 années !

Je crois que je resterai toujours avec les cicatrices de cette année, et bien qu’elles soient parfois encore douloureuses, je souhaite tout de même les conserver. Pour me rappeler qu’en ce temps où on a l’impression que tout le monde est heureux, bien non, c’est un privilège de l’être !!! Et ce privilège, je veux toujours m’en rappeler.

Joyeux Noël à tous ! Profitez de chaque moment, ils sont précieux …

Published in: on 23 décembre, 2018 at 7:28  Laisser un commentaire  

On n’évolue pas si vite …

Pas dans le fin fond de l’Afrique dans une jungle, mais en Irlande, une avocate a sortie ces arguments pour défendre un homme de 27 ans qui était accusé de viol sur une adolescente de 17 ans.

L’avocate a brandit le « string » de la victime en disant au jury :

« Regardez comment elle était habillée », « elle était disposée à rencontrer quelqu’un, elle portait un string à lacets ».

Comment en 2018 peut-on encore dire de telles conneries ?!!!!

Est-ce que certaines filles gagneraient à s’habiller de manière moins suggestives ? Certes. Mais même celles beaucoup trop exposées, ça ne justifie pas, et ça ne justifiera jamais un viol !

Sinon c’est comme dire que la fillette de 8 ans qui porte un petit bikini à justifié les envies du pédophile !!!

Comment une personne, femme de surcroît, peut ainsi défendre sa position sur de tels arguments ?!

Cet homme accusé, peut-être était-il coupable ou non. Mais de tenter de le défendre en rejetant la faute sur la victime, c’est méprisable au plus haut point.

Published in: on 16 novembre, 2018 at 11:42  Laisser un commentaire  

Vachère …    

Ceux qui me connaissent bien savent ma passion pour les animaux et particulièrement mon amour des vaches !!  Oui oui, les vaches !  Pas les vaches en bibelot ou trucs du genre là, des vraies vaches !!

Pour une raison que j’ignore, c’est un animal qui me rend heureuse !  Quand je croise un troupeau de vaches sur la route, j’ai toujours envie de m’arrêter pour aller les flatter !

Bref, par un hasard je suis tombée sur cet affichage de poste …

Description de l’emploi

Une entreprise laitière située à Mirabel ayant 50-55 vaches en lactation (technique: attachée) est présentement à la recherche d’un vacher à l’étable.

PRINCIPALES FONCTIONS

Le titulaire du poste prend soin des animaux, les nourrit, procède à la traite des vaches et entretient les bâtiments.

  • Horaire flexible
  • 40 heures/ semaine
  • Une fin de semaine sur deux
  • Salaire: 15$/ heure
  • Poste permanent

COMPÉTENCES RECHERCHÉES

  • Passion pour les animaux
  • Bon sens de l’observation
  • Expérience sur une ferme laitière (atout)
  • Conduite de machinerie agricole (atout)

Cet emploi, c’est rien de moins que mon emploi de rêve !!!!  Même travailler une fin de semaine sur deux ne me dérangerait pas, je serais avec mes vaches ; le bonheur !!!

Sauf que le salaire ne convient pas …  À moins que je décide de vivre avec mes vaches dans l’étable !!!

C’est là que je constate comment avoir un bon salaire est un couteau à double tranchant.  Attention je ne me plains pas d’avoir un bon salaire !!!  Au contraire, j’en suis reconnaissante régulièrement, voire chaque jour !

Ce salaire me permet d’avoir une maison, de faire mon épicerie en fonction de mes goûts et non des spéciaux, de voyager, de me gâter, d’avoir l’esprit tranquille etc.  Mais ce salaire me confine dans un type d’emploi.  Un type d’emploi dont je ne suis plus certaine s’il me convient …

C’est pas nouveau, à tous les 5 ans environ je fais ce constat et je change de poste !!  Et là ça fait 10 ans que j’occupe le même poste, donc déjà c’est un record !!  J’ai changé d’entreprise il y a maintenant 9 mois et cela m’a donné un nouveau souffle, mais déjà j’ai le souffle court …

J’en ai déjà parlé ici, quand j’entends une personne me dire qu’il fait ce qu’il a toujours voulu faire et qu’il aime tellement son emploi, je suis profondément jalouse.

Heureusement je ne suis pas de ces personnes qui se définissent et trouvent un sens par leur travail.  Mais parfois, je rêve d’aller m’installer dans une cabane dans les bois et travailler ainsi avec mes vaches !  Mais mon nouveau mari ayant déjà enduré bien des cabanes, pas certaine qu’il adhérerait aux cabanes de façon permanente !!